Une visite guidée de la collection ACONIT

<== ACCUEIL
<== HALL CHARTREUSE
Informatique

<== HALL BELLEDONNE
Science et techniques

<== Hall du parcours
« Une visite guidée de la collection ACONIT »

Les réseaux

Du modem au Minitel et à l'Internet


Le besoin de connecter les ordinateurs entre eux est apparu très tôt. À côté de certains réseaux locaux spécialisés, les communications se faisaient par modem à faible vitesse sur lignes téléphoniques.
La première véritable application de réseau de grande ampleur fut le Minitel français. Le réseau mondial Internet nous a fait entrer ensuite dans un nouveau monde aux applications infinies…

SALLE SUIVANTE ==>
<== SALLE PRÉCÉDENTE

Les « modems » étaient utilisés avec un télé-imprimeur pour accéder à des ordinateurs de gestion distants.
Un modem est un modulateur/démodulateur qui permet la transmission de signaux de données sur une ligne téléphonique. Celle-ci étant destinée à la transmission de la parole (gamme de fréquences limitée à 300-3000 Hz), il est nécessaire de transformer le signal numérique en une fréquence modulée.

Les modems les plus simples transmettaient à 300 bits/seconde, simultanément en réception et en émission (full-duplex), ce qui était compatible avec les terminaux électromécaniques de l'époque.

Ce modem Anderson-Jacobson à couplage acoustique ne demande même aucun raccordement électrique à la ligne téléphonique. Son utilisation repose sur celle d'un téléphone PTT classique sur lequel on compose le numéro du serveur de données, puis pour établir la communication le combiné du téléphone est placé sur les 2 "oreilles" en caoutchouc, et la modulation passait en signal sonore du combiné dans le microphone du modem (et inversement sur la 2eme oreille).
Il était utilisé à l'Institut des Sciences Nucléaires de Grenoble à partir de 1975 pour l'accès aux machines du CCPN (Fac Jussieu) de Paris et du Centre Inter-universitaire de Calcul de Grenoble (CIGG).

Les premiers portables n'avaient pas de modem intégré, ceux-ci étant encore beaucoup trop encombrants. Dès que la technologie a permis de réduire suffisamment la taille, les modems en carte PCMCIA ont fourni une solution pratique pour toute une génération d'ordinateurs portables.

Ce modem américain permet la transmission de données à 33600 bits par seconde, déjà proche de la limite absolue des modems analogiques sur ligne téléphonique (56kbs, norme V90).

Le modem Sematrans 2424 est capable de transmettre des signaux numériques sur une ligne téléphonique commutée (téléphone standard) à la vitesse de 2400 bit/seconde dans les 2 sens de transmission simultanément (transmission duplex, en anglais "full-duplex").
Jusque là, on ne pouvait transmettre à ce débit que sur des lignes téléphoniques "4 fils" (lignes fixes louées). Sur des lignes téléphoniques commutées standard, on transmettait dans un sens à la fois (technique à l'alternat, ou semi-duplex). TRT, leader mondial à cette époque, a été la première société à utiliser la technique « d'annulation d'écho » permettant le duplex sur 2 fils.
Ce type de modem, de haute technicité, était à l'époque réservé aux applications professionnelles de transmission de données.

En France, la première expérience de télématique a lieu à Vélizy, Versailles et Jouy-en-Josas en 1980. Nommé Télétel 3V, le système repose sur un boîtier connecté au téléviseur. La réussite de cette expérience a permis de lancer le projet Minitel.

L'ensemble TELETEL 3V est formé de 2 éléments inter connectés. Le premier élément n'a pas d'écran et se glisse sous le téléviseur. La télécommande est basique : juste un clavier alpha-numérique en majuscules.
Le deuxième élément sert pour les télépaiements des services avec un bouton marche-arrêt, un voyant et une carte bancaire.

À l'automne 1980, 2 500 foyers volontaires de Versailles, Vélizy-Villacoublay, Jouy-en-Josas, Buc, Bièvres et Les Loges-en-Josas reçoivent un terminal vidéotex. Du côté des services, près de 200 fournisseurs participent à l'expérience, se donnant ainsi l'occasion de tester ce nouveau moyen de communication auprès du public. Expérience visant à tester en grandeur nature les fonctionnalités du futur minitel et le paiement sécurisé en ligne.

Le Minitel était un terminal destiné à la connexion au service Télétel français de Vidéotex.
À l'aide d'un minitel, l'utilisateur pouvait se connecter aux services télématiques. L'application la plus connue était l'annuaire électronique (code 3611). On peut citer aussi la météo nationale, les horaires SNCF.
Cet appareil est un des tous premiers modèles. À noter cependant qu'il est doté d'un clavier AZERTY, alors que le premier modèle fabriqué avait un clavier alphabétique ABCD... (Le clavier alphabétique a été rejeté par les utilisateurs à la surprise de France Telecom).

Selon France Telecom, en février 2009, le réseau de Minitel comptait 10 millions de connexions mensuelles (4 000 codes de services Vidéotex), dont 1 million sur le 3611 annuaire électronique. On comptait encore 2 millions d'utilisateurs en 2010. La fermeture définitive du service a eu lieu le 30 juin 2012, après près de 30 ans de service !

Avec l'arrivée des réseaux modernes, éléments du réseau mondial Internet, est apparu le besoin de créer des routeurs ou des serveurs capables d'aiguiller les blocs d'information et de fournir les informations demandées.
Côté gauche : ce routeur Shiva Lan Rover permettait de connecter jusqu'à 8 modems et de retransmettre les données sur un câble Ethernet (prises de raccordement vers Thick ou Thin Ethernet).
Il était utilisé à l'Institut des Sciences Nucléaires de Grenoble, connecté à 4 Modem Motorola 3400 Pro (56kb/s). Il permettait de connecter des utilisateurs distants depuis leur domicile.

Côté droit : ce serveur de fichiers SUN est une armoire sur roulettes qui contient 6 processeurs et 10 disques durs. Il reçoit et traite les requêtes de transferts de fichiers depuis des stations de travail.

Ce serveur HP Superdome est de même nature que les machines précédentes. L'armoire Superdome peut contenir 8 cartes (ou cellules), chacune composée de 4 processeurs à très haute vitesse, avec leur mémoire de travail associée. L'armoire est couplée avec une (ici) ou plusieurs armoires de disques et communique avec l'extérieur par cables Ethernet.
Cette machine était utilisée dans une centrale EDF.

Notre visite s'arrête ici, mais ACONIT va vous préparer d'autres « parcours » de visite thématiques dès que possibles. Vous n'avez pas vu toutes les pièces de la collection, et il nous reste beaucoup à dire.
Venez visiter sur place à Grenoble, et transmettez l'information, vous aussi !

SALLE SUIVANTE ==>


Site web ACONIT| Bases de données inventaire| Droits et crédits photos