Visiteur - Changer de base
drapeau

Désignation :

Nom principal:

Vidéodisques

Nom secondaire :

Fabricant :

GESCO Générale d'électronique et de services pour la communication

Marque :


Date de fabrication :

1978-00-00

Date de fin :

1998-00-00

Période standard :

-


Alimentation :

Puissance (W) :

Etat :

moyen, complet

Fonctionnement :

(inconnu)

Établissement :

ACONIT, Rue Rey

Description :

Un vidéodisque (nom en français) ou Laserdisc souvent appelé par son abréviation (LD) est un disque sur lequel sont stockés des enregistrements audiovisuels, que l'on peut visionner à partir d'un téléviseur. Son origine remonte aux travaux du physicien écossais John Baird, qui réussit à enregistrer une image sur un disque tournant à la vitesse de 78 tr/min en 1927. Le premier vidéodisque lui fut mis au point en 1972. Les données sonores sont transcrites numériquement, comme sur un disque compact audio. L'enregistrement des informations visuelles est analogique car le codage numérique d'une image animée en couleurs occuperait trop de place sur la mémoire de stockage. La lecture s'effectue grâce à un rayon laser dirigé sous le disque, parcourant la piste, constituée de microcuvettes qui traduisent les informations codées du son et de l'image. Les variations de diffraction du laser conséquentes au relief de la piste sont détectées par des capteurs photoélectriques, et transformées en signaux électriques pouvant d'être analysés par le téléviseur.
Le vidéodisque restitue un son qui rivalise avec celui des meilleures chaînes hi-fi, et une image d'une qualité bien supérieure à celle d'un magnétoscope. Il a l'avantage d'avoir une durée de vie bien supérieure à une vidéocassette. Sa commercialisation fut freinée par la diversité des systèmes proposés, non compatibles entre eux. Malgré un succès relatif, le vidéodisque a constitué une avancée importante en matière d'enregistrement audiovisuel, et a donné naissance au disque compact.

Ce vidéodisque se présente sous la forme d'un disque en plexiglas avec deux faces gravées de la même façon que les CD (Compact Disc) audio. Sur celui-ci l'une des faces est violette, l'autre couleur argent. Si en France, nous ne connaissons que le LD de 30cm, ailleurs et surtout au Japon, c'est toute une famille qui existe : 12cm (taille d'un compact disque classique), 20cm et bien sûr celui de 30cm.

Utilisation :

Le Laserdisc a pendant longtemps été reconnu comme le support de choix pour la diffusion de films avec une qualité d'image et de son pour cinéphiles. Cependant, la faible capacité de stockage du Laserdisc nécessitant, suivant les modèles (auto-reverse ou non), de le retourner au milieu du film, et son encombrement important, ne lui ont pas permis de connaître un succès massif. Il a été détrôné par le DVD (Digital Vidéo Disc)depuis la fin des années 1990 quand ceux-ci ont atteint une qualité acceptable de l'image sans traces de dé-compactage à la lecture. Cependant, la vie du LD a continué au Japon jusqu'en 2002-2004.

Caractéristiques techniques :

Le vidéodisque original permet l'enregistrement de la vidéo analogique et du son analogique sur un support en plexiglas gravé de la même façon que les CD audio:

* réalisation d'une matrice
* duplication par pressage
* métallisation
* capotage.

Le format analogique enregistré est similaire au VHS : une première sous-porteuse modulée en fréquence vers 8 MHz contient la vidéo, une seconde sous-porteuse est modulée en fréquence par la chrominance et une autre sous-porteuse (ou deux en stéréo) est modulée par le son.

Le disque est lu à partir du centre et en allant vers l'extérieur. La lecture s'effectue à l'aide d'un faisceau laser de couleur rouge ou infrarouge. La tête de lecture optique est asservie en radial et focalisation pour lire les motifs gravés. Les premiers lecteurs utilisaient un laser Hélium-Néon à une longueur d'onde visible de 780 nm, remplacé ensuite par un laser à semi-conducteur infra-rouge à 835 nm.

On peut aussi noter que le LD pouvait contenir plusieurs pistes audio et même des sous-titres.Un LD comporte classique comporte une piste son analogique et une piste son numérique (Dolby Prologic, mono ou stéréo).

Il y a aussi eu un bon nombre des LD NTSC comportant une piste Dolby Digital 5.1 en complément du Dolby Prologic, dans ce cas cette piste 5.1 est plus compressée que son équivalent DVD mais comporte parfois un mixage plus dynamique. De la même manière il y a eu des LD comportant une bande son DTS entraînant la suppression de la piste numérique pour une question d'espace disque. À l'inverse, les pistes DTS des LDs sont bien moins compressées que celles des DVDs actuels.

Cet objet est associé à d'autres dans une galerie virtuelle - cliquez pour ouvrir une nouvelle fenêtre

Aspects Physiques :

Hauteur 0.1 cm , Diamètre 30 cm , Poids 0.214 kg , Couleur argent ,

Médias

2688  Vignette 2691  Vignette 2692  Vignette 3242  Vignette 3243  Vignette 3244  Vignette 3245  Vignette

No Description
2688 Vue d'ensemble Gesco Vidéodisque plus boitier
2691 Boitier Gesco Vidéodisque face avant
2692 Boitier Gesco Vidéodisque face de derriere
3242 Verso - Feuillet pour disque à unité ODC (Optical Disc Corporation)
3243 Gesco Vidéodisque face 2
3244 Gesco Vidéodisque face 1
3245 Recto - Feuillet pour disque à unité ODC (Optical Disc Corporation)

Liens :

No inventaire Famille Désignation Commentaires
==> 18957 sous-ensemble machine : Boitier pour vidéodisque (GESCO)
==> 18975 documentation document : Documentation technique : feuillet pour les disques à unité ODC (GESCO - GESCO)
19949 ==> sous-ensemble machine : Lecteur de disques laser LaserDisc ( Pioneer)