Salle René Perret

<== ACCUEIL
<== HALL CHARTREUSE
Informatique

<== HALL BELLEDONNE
Science et techniques

Salle René Perret

Automates programmables

Le LAG contribua directement, dès 1966, avec la société MORS, au développement du MAT-01, l’un des premiers calculateurs industriels français. L'ingénieur Guy Jardin persuade Hubert de Turckheim, son Président-Directeur général, de mettre sur le marché, avec l'appui de Télémécanique (qui développera par la suite les mini-calculateurs T2000, T1600 puis Solar), les solutions électroniques permettant de passer d'une logique câblée au programmé.

De son côté, pour concurrencer les circuits logiques en technologie classique, la société Merlin-Gerin développe une série de circuits logiques à semi-conducteurs (transistors), les Silimogs. Toutes les firmes du marché proposeront par la suite des solutions programmées  : les machines PB. Le domaine actuel des automates programmables industriels (les API en terme métier) est né de ces deux aventures grenobloises.

Photo avec biographie

René Perret est universitaire, Docteur d’État en transport d’énergie électrique longue distance et ingénieur. A l’Université, il est le créateur et directeur du Laboratoire d’Automatique de Grenoble (LAG), de 1957 à 1982. A cette époque, les industriels viennent chercher à l’université les compétences en automatique qui leur manquent encore (théories, technologies, applications industrielles).

SALLE SUIVANTE ==>
<== SALLE PRÉCÉDENTE

La première firme française à se lancer sur le marché des automates programmables est Télémécanique. Voici deux produits des années 1980.

Après 1965, la firme Merlin Gerin développe les logiques statiques à partir du Silimog à transistors. Il seront remplacés par la gamme des automates PB, à unités centrales et mémoires ferrites.

Merlin Gerin a fait évoluer sa gamme avec de nouveaux processeurs et intégrant plus d'autocontrôle, garantissant une meilleure sécurité d'exploitation, notamment vis-à-vis de l'environnement électrique.

Renault automation (SMC), établie à Castres propose un langage spécifique, le Grafcet, adapté au domaine de la mécanique automobile. EDF, Cogema, ELF ou Rhône-Poulenc deviendront des clients attitrés de cette technologie, , également proposée par Télémécanique.

La réunion des fabricants français a donné naissance, vers 1984, a la création d'une firme unique, April, plus solide sur le marché européen. Les développements nécessitaient en effet un grand financement.

Vers 1998, le groupe Schneider rassemble les marques française avec Modicon (USA) et AEG automation (Allemagne). En maintenant les marques existantes, Schneider-automation développera de nouveaux produits sous cette marque.

Quelle que soit la marque, les automates doivent être programmés dans leur langage propre par l'intermédiaire de consoles, qu'elles soient de programmation ou de maintenance (à écran graphique ou compatible PC). La console fabriquée par Motorola pour le compte de Merlin Gerin a pour caractéristique de permettre le développement.

SALLE SUIVANTE ==>


Site web ACONIT| Bases de données inventaire| Droits et crédits photos